Home / Politique / Ouverture du procès Boubacar Diallo alias Grenade : un flux de révélations de torture

Ouverture du procès Boubacar Diallo alias Grenade : un flux de révélations de torture

Le procès de Boubacar Diallo alias ‘’Grenade’’ a été ouvert aux débats ce lundi 11 février au Tribunal de première instance de Dixinn. Il est poursuivi pour ‘’tentative de meurtre et détention illégale d’arme de guerre’’.

L’audience de ce lundi qui est la première dans cette affaire s’est déroulée sur  les débats au fond. Suite à la lecture de l’acte d’accusation, l’accusé Grenade a nié en bloc toutes les charges qui sont retenues contre lui.

Boubacar Diallo a soutenu devant la barre qu’il a été soumis à des actes de torture pour qu’il signe le procès-verbal de l’audition et dénoncé des gens. « J’ai été torturé à la brigade de recherche par les gendarmes. Ils ont attachés mes narines et versé des litres d’eau dessus jusqu’à ce que je me suis étouffé. C’est là-bas j’ai eu cette maladie (asthme ndlr). Ils m’ont même torturé par l’électricité pour que je signe le PV. Moi aussi j’ai refusé… Ils voulaient que je dénonce Ousamane Gaoul et Halimatou Dalein », témoigne-t-il devant la barre.

Poursuivant dans sa narration des faits, Grenade dit être arrêté par un agent des services de renseignements généraux qui l’a proposé de venir prendre 3 millions à Bambeto et c’est à partir de là qu’il a été arrêté. Mis aux arrêts à Conakry, Grenade soutient avoir été transféré à la maison centrale de Kindia par des pick-up de bérets rouges et de gendarmes.

De par ces révélations, les avocats de la défense regrettent: « Ce que nous regrettons d’avantage, c’est que nous avons compris avec ce dossier qu’il y’a eu des méthodes que nous pensons révolues à jamais qui refont surface. Il vous a expliqué comment il a été traité et torturé à la brigade de recherche de la gendarmerie de Kenien. On lui a même branché du courant électrique. Nous on pensait que la cabine technique avait disparu depuis la Révolution. C’est extrêmement grave. Nous le condamnons, nous le dénonçons et nous allons continuer à le critiquer », s’insurge Maitre Alseny Aissata Diallo.

Face aux accusations retenues à la charge de son client,Maitre Beavogui soutient que ‘’c’est un procès de la honte et du non droit’’.  « Dans cette affaire on a parlé de tentative de meurtre mais cependant ces gendarmes qui ont pensé qu’ils ont été victimes de cette tentative n’ont jamais été entendus par les magistrats et jamais confronté à notre client. De l’enquête préliminaire jusqu’à l’instruction à la barre. La détention illégale d’arme de guerre dont on lui reproche, dans le dossier il n’existe aucune arme placée sous scellé même un récépissé qui atteste au moins que cette arme a été passée sous scellé », dénonce l’avocat de la défense.

Dans cette procédure, il n’ ya pas d’avocat de la partie civile. La suite du procès a été renvoyée pour demain mardi 12 février pour les réquisitions et les plaidoiries des avocats de la défense.

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

« Election irrégulière de Toss Camara » à Matoto: Les avocats de Kalémoudou Yansané demandent son annulation

Mairie de Matoto : Les avocats de Kalémoudou Yansané demandent l’annulation de l’élection de Toss Camara ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *