Home / Politique / Les associations de presse dénoncent le non-paiement de la subvention annuelle des médias

Les associations de presse dénoncent le non-paiement de la subvention annuelle des médias

Suite à la décision du gouvernement de différer le paiement de la subvention annuelle des médias privés, les associations des médias ont montré leur mécontentement à l’occasion d’une conférence de presse animé ce mercredi 26 décembre.

Le non-paiement de la subvention annuelle aux médias privés pourrait bien causer des dommages collatéraux aux hommes de médias. Les factures de location des bâtiments qui abritent les médias vont s’accumuler en dette. Au-delà de cela, la maison de la presse aussi va en subir les conséquences.

« Les conférences qui se font à la maison de la presse, génèrent un revenu de quinze millions (15.000.000 GNF), par mois. Et, rien que le loyer, c’est vingt millions (20.000 GNF). Donc, les dettes qui se sont accumulées, tournent au tour de deux cent douze millions de francs guinéens (212.000.000 Gnf). Pendant ce temps, la subvention est bloquée et les dettes ne font que s’accumuler. C’est pourquoi, il faut prendre des mesures. Et, donc si rien n’est fait, nous sommes obligés de fermer », a déclaré Amadou Tham Camara, président du Conseil d‘administration de la maison de la presse.

Depuis cette annonce de différemment du paiement de la subvention, les responsables des médias privés, ont fait des démarches auprès des autorités pour les expliquer les bienfaits de la subvention. Hélas ! Ils dénoncent par ailleurs la baisse de la subvention.

« La subvention qui était à trois milliards cinq cent millions (3.500.000.000 GNF), a rechuté, contre toute attente aujourd’hui, à trois milliards de francs guinéens (3.000.000.000 GNF). Je dis, ici, que le moment est grave pour la presse. Nous ne savons pas s’il y a encore une volonté manifeste de bâillonner la presse », s’inquiète, Sanou kerfalla Cissé, président de l’Union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI)

Les présidents des associations de la presse privée et le Syndicat de la presse privé soutiennent que la décision est contraire à la loi et appellent donc les journalistes à défendre leur droit.

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Un défilé des enseignants et des forces sociales de Guinée annoncé lundi à Conakry

Le SLECG a tenu ce jeudi 3 janvier, sa toute première assemblée générale de l’année. ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *