Home / Droit pour tous / An 70 de la DUDH: les ONG de défense des droits de l’Homme plaident et dénoncent

An 70 de la DUDH: les ONG de défense des droits de l’Homme plaident et dénoncent

Ce lundi 10 décembre, la Guinée, à l’instar de plusieurs autres pays à travers le monde, a commémoré les 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’homme  (DUDH). A l’occasion, les ONG ont fait des plaidoiries et des dénonciations en faveur du respect des droits de l’homme.

C’est la salle du 28 septembre du palais du peuple qui a servi de cadre à cette commémoration. Les ONG  ont, devant le ministre de la Justice Maître Cheik Sacko, fait des dénonciations sur quelques éléments de violations des droits de l’homme.

Elles ont interpellé le président de la République  » à s’engager pour la tenue du procès des massacres du 28 septembre 2009, le respect des droits à l’éducation ». Poursuivant, les ONG dénoncent »La non diligence d’enquêtes sérieuses pour faire la lumière sur les cas de violences commises par les forces de l’ordre et d’autres acteurs au cours des manifestations politiques et sociales; l’interdiction de toute manifestation politique, sociale et le fait d’associer l’armée dans le maintien de l’ordre en violation de la Constitution », regrette Elhadj Malal Diallo, président par intérim de l’OGDH et porte-parole des ONG de défense des Droits de l’Homme pour la circonstance.

Par ailleurs, les ONG ont apprécié certaines avancées menées par le gouvernement notamment « la matérialisation de l’engagement des autorités en faveur d’un État de droit en Guinée, reste appréciable à plusieurs niveaux », aux dires de Malal Diallo.

Le ministre de la Justice Maître Cheik Sacko, représentant du gouvernement, en guise de réponse sur les problèmes du respect des droits de l’homme brandit par les ONG, n’a pas été tendre à l’égard de ceux qu’il appelle « apprentis sorciers « .

«Ceux qui mettent l’huile sur le feu. En tant que Garde des Sceaux je le répète solennellement! Les apprentis sorciers il faut qu’ils soient débusqués dans le rang de la population pour ne pas que le citoyen même soit victime de l’injustice, de l’irrespect des droits dans notre pays», rétorque  Me Check Sacko.

Le ministre de la Justice a pour finir exprimé la nécessité du dialogue entre les syndicats des enseignants en grève depuis près de trois mois pour le respect du droit à l’éducation.

 

MBD.

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Le tribunal de Dixinn déboute les habitants de la zone Kipé 2

Le litige qui oppose les habitants de la zone Kipé 2 et le ministère de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *