Home / Politique / Cri de cœur des victimes de Demoudoula

Cri de cœur des victimes de Demoudoula

L’évacuation de Demoudoula. Photo © Boubacar Barry

 

Demoudoula est un bas-fond vers lequel s’allongent les quartiers de Bantounka, Nasouralaye, Koloma et Kaporo-Rails, dans la commune de Ratoma, à Conakry. Le 13 juillet 2017, l’État entame l’évacuation du littoral. En période de ramadan et sous une pluie battante, des citoyens assistent impuissants à la démolition de leurs maisons. Des simples bâtisses, des grandes maisons à plusieurs pièces et des bâtiments à étages sont transformés en gravats. Les commerces ont aussi été détruits.

Un an après, jour pour jour, plusieurs victimes se sont déplacées vers d’autres quartiers. Ceux qui n’ont pas à Conakry des proches ou amis capables de les héberger sont partis aux villages. Aux abords du champ de ruine, des victimes ont érigé des baraques pour y habiter. Dans les maisons voisines, on y trouve une dizaine de victimes (hommes, femmes et enfants) qui partagent un même salon.

Réunies en association de victimes, elles revendiquent le droit à l’indemnisation. Ils sont des centaines d’anciens propriétaires de maisons qui n’arrêtent pas de dénoncer « la cruauté des gouvernants ». Au sein de l’association, il est des victimes plus que jamais déterminées dans le combat contre l’« injustice ». Toutefois, d’autres, ont presque perdu espoir et ne croient guère à une indemnisation. Dame Bah, victime, croit à l’aboutissement du dossier diligenté par un avocat et un huissier qui ont accepté de défendre la cause des infortunés. Reste à savoir à quand la confrontation avec l’agent judiciaire de L’État.

L’occupation anarchique de Demoudoula a commencé il y a des dizaines d’années. Pour les victimes, la procédure d’évacuation est illégale. Elles s’interrogent : « Où était l’État quand les chefs de quartiers certifiaient les donations (vente) sur les rives de Demoudoula ? » Le 12 juillet 2017 un remblai érigé par le riverain  Samba Diallo a détourné le cours d’eau détruisant un mur voisin. Le lendemain, les autorités font une descente musclée pour démolir toutes les constructions alentours, jusqu’en haut des montagnes. Mais les riverains dénoncent un règlement de compte. Ils accusent l’État d’avoir vendu l’endroit abritant la forêt sur l’autre rive de la vallée. Une forêt dont la destruction a suscité de vives réactions dans les médias et parmi les concernés.

 

Boubacar Barry pour le podcastjournal

655 759 688

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Funérailles de Ibrahima Bah: Cellou Dalein Diallo prie pour le départ de Alpha Condé

Ibrahima Bah, le jeune tué par balle à Koloma mardi 16 octobre lors de la ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *