Home / Culture / Le rôle du bonnet «Pouto» dans la société traditionnelle peuhle en Guinée

Le rôle du bonnet «Pouto» dans la société traditionnelle peuhle en Guinée

Bonnet « Poutoh » ou « poutoorou »/Photo prise par Boubacar Barry/Podcastjournal

 

« Pouto » ou « poutoorou » est un bonnet traditionnel peulh qui attire le respect et la considération à l’égard de celui qui le porte.

Le bonnet pouto est apparu après la bataille de 1725, conduite par Karamoko Alpha Barry de Timbo, à l’issue de laquelle est crée le Royaume Théocratique du Foutah Djallon (1725-1896). « Poutoorou », est ainsi crée en l’honneur et pour la mémoire de cet ancien royaume du Foutah dont il arbore les symboles des neufs « diwés » (provinces).

Au Foutah (aujourd’hui la Moyenne-Guinée), « Poutoorou », en tant que symbole de la grandeur et de la pureté, quatre catégories de personnes étaient habilitées à le porter. Ce sont : le « gando » (l’érudit), le « landho » (chef ou roi), « djion Djaoudi » (le riche) et le « maoudho gorol » (le notable).

La préfecture de Mamou est réputée pour la qualité du « poutoorou » qu’elle confectionne, en occurrence à Timbo, l’ancienne capitale politique du royaume théocratique du Foutah Djallon. Le prix du poutoorou varie en fonction de sa qualité, et la meilleure peut coûter jusqu’à 600.000 GNF. Rond ou carré, le « poutoh » arbore plusieurs couleurs, et il est conçu sur des dimensions variables.

Bonnet masculin, « poutoorou » s’accessoirise avec un joli boubou et des babouches, lors des fêtes ou des cérémonies.

Elément identitaire peulh exprimant au départ le rang social de son porteur,  « poutoorou », est de nos jours, porté par toute personne (adulte et vieux) désirant attirer vers soi le respect et l’admiration. « Aujourd’hui, il est généralement porté par celui qui veut exprimer sa maturité », témoigne Bah Alladjei, originaire de Timbi, un des diwés (provinces) de l’ancien royaume théocratique du Fouta Djallon.

 

Boubacar Barry pour le podcastjournal.net

655 759 688

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Éducation : « Sans les 8 millions, pas de rentrée scolaire », menace le SLECG

Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée  (SLECG ) réuni en assemblée générale ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *