Home / Politique / Le nouveau gouvernement guinéen, entre honneurs et critiques

Le nouveau gouvernement guinéen, entre honneurs et critiques

Alpha Condé et le Gouvernement de Kassory Fofana/Cellule de communication du gouvernement

Le 08 mars 2018, en marge de la fête internationale des femmes, Alpha Condé avait annoncé un nouveau gouvernement favorable à la « majorité silencieuse » : les jeunes et les femmes. Et c’est la consternation générale ce 26 mai.

Par le décret du 26 mai 2018, trente trois ministères structurent le nouveau gouvernement  dont une dizaine de ministres entrants. Le reste est composé de ministres du gouvernement démissionnaire, confirmés ou déplacés. A la tête le célèbre Ibrahima Kassory Fofana.

Le gouvernement de l’espoir :

Ibrahima Kassory Fofana, nouveau premier ministre, chef du gouvernement est un cadre  chevronné qui a fait ses preuves dans les gouvernements précédents. Aimé de la population pour avoir ‘’fait la promotion des cadres guinéens’’ et avoir permis à plusieurs jeunes d’intégrer la fonction publique, il est réputé d’avoir fait beaucoup de cadres et d’éminents politiques actuels. Des guinéens espèrent que l’insalubrité, le chômage des jeunes, les coupures intempestives du courant, la pénurie d’eau,…seront bientôt un lointain souvenir au pays. Toutefois, à condition qu’il soit « libre » dans la prise des décisions et dans l’exécution de celles-ci. D’où découle le scepticisme des uns face à un Pouvoir qui l’a nommé et qui, par conséquent, peut le révoquer en cas d’ « insubordination ».

 Le malaise des autres :

Le nouveau gouvernement était supposé contenir une « majorité entrante » et non la « permutation ou la confirmation d’anciens ministres  égoïstes, cupides et corrompus », à la tête une personne sur laquelle pèse un lourd soupçon de détournement. Kassory Fofana est accusé (sans preuves) d’avoir détourné des fonds sous le régime Conté avant de prendre son envol pour les Etats-Unis et ne revenir qu’en 2010 à l’occasion de sa candidature présidentielle sous les couleurs de son parti ’’GPT’’ (Guinée Pour Tous). Kourouma Aly, footballeur, voit son arrivée à la tête du gouvernement pour : « une cause personnelle »ou « un objectif du Pouvoir ». Ce dernier point fait allusion à l’éventualité d’un troisième mandat du président Condé. « C’est la routine ; les mêmes têtes avec les mêmes idées », regrette Kaba Souleymane. Comme ce jeune diplômé en Droit, nombreux sont ceux qui  demandent le « départ du gouvernement » au profit « d’une nouvelle classe politique » à expérimenter.

Boubacar Barry pour le Podcastjournal.net

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Cellou Dalein dans une colère bleue, vilipende le Pouvoir du président Condé

  « Alpha Condé est le plus grand dictateur qu’on puisse avoir aujourd’hui. En Afrique on ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *