Home / Politique / Contentieux électoral : Cellou Dalein répond à Cheik Sacko, ministre de la justice

Contentieux électoral : Cellou Dalein répond à Cheik Sacko, ministre de la justice

Le leader de l’opposition en Guinée monte au créneau ce weekend pour raffermir sa position sur les résultats ‘’tronqués’’ des communales de février, nonobstant les mises en garde de Cheik Sacko, ministre de la justice. Qui a pris la défense des magistrats vilipendés par l’opposition les accusant d’impartialité. Vendredi denier, Cheik Sacko, a dégagé l’incompétence des magistrats à revenir sur leurs décisions et menace de trimballer en justice tout auteur de propos outrés à leurs égard.

Des menaces que ridiculise le chef de file de l’opposition : «Tant qu’on ne proclamera pas les vrais résultats, nous resterons debout pour dire non. Ce débat sur la légalité de cette procédure, ce n’est pas notre problème. Nous pensons que si on entreprend un exercice qui vise à vérifier le bien fondé des réclamations de la population, parce que c’est toute la population de Conakry et ses environnants qui ont réclamé la vérité des urnes ».

Les magistrats qui ont soustrait des procès verbaux sont aussi criminels, « Si c’est la paix, elle passe par la justice et la proclamation des vrais résultats. Les conflits sont toujours nés de l’injustice et de la violation des droits des autres. Lorsqu’un citoyen va voter, il donne sa voix à une liste, à un candidat, un magistrat se permet de détourner, annuler ces suffrages ou les  affecter à un autre, c’est un crime ».

« A une loi injuste, nul est censé d’obéir», disait Saint Augustin, que le patron de l’opposition vient de paraphraser : « J’ai entendu le ministre dire que même si la justice prend une mauvaise décision, on doit se soumettre. Mais on ne peut pas continuer à se soumettre à une décision injuste. »

Suite aux diverses contestations des résultats des communales de février ayant entrainé des morts, des blessés graves, des incendies, des dégâts matériels importants, le présidant Alpha Condé a insufflé à la CENI de rencontrer les partis impliqués dans le processus électoral pour écouter et tenir en compte leurs revendications si les griefs sont fondés, ce en dépit de l’avis contraire de certains membres du Gouvernement, ‘’Chacun dit ce qu’il veut. Certains disent non, on ne peut plus revenir là-dessus, qu’il n’y aura pas d’autres résultats». Cependant la CENI qui continue de recevoir les partis politiques, déclare elle aussi son incompétence pour un réexamen des resultats, de même pour les magistrats, selon le ministre de la justice Chiek Sacko.

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Destitution de Kelèfa Sall : La cellule Balai Citoyen appelle à un sursaut national

  De plus en plus de voix s’élèvent contre la campagne de destitution de Kelefa ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *