Home / Politique / Guerre des égos entre le Gouvernement et le SLECG de Aboubacar Soumah

Guerre des égos entre le Gouvernement et le SLECG de Aboubacar Soumah

«Je vous informe que des images sont préparées pour être projetées par la RTG pour vous inviter à reprendre les cours le lundi, ce sont des images tronquées dans le but de déstabiliser notre mouvement », prévient le syndicaliste ‘’dissident’’ Aboubacar Soumah aux enseignants envers lesquels il a d’abord adressé ses remerciements pour avoir observé le mot d’ordre de grève relancée le 12 février dernier.

Dès le début de cette crise dans le secteur éducatif, bien que représentatif et écouté au sein du SLECG, Aboubacar Soumah est désavoué par le Gouvernement qui l’arbore de noms et prédicats pas honorables, «  rebelle, dissident, … ». Pourtant, il a réussi à paralyser le secteur et, non à posteriori le Gouvernement qui encore a réussi à étouffer son mouvement, comme il en a toujours été le cas dans ce pays, nonobstant plusieurs tentatives vaines à ce jour.

Qualifié dès le départ de syndicaliste dissident, incompétent ou non habilité à déclencher une grève, le Gouvernement, au terme d’une réunion des ministres et partenaires sociaux autour du Premier Ministre Mamadi Youla le 14 février dernier au palais de la colombe, a dépêché l’inspecteur général du travail à rencontrer celui qui était ‘’rebelle’’ à son égard pour des fins d’information et sensibilisation sur les conclusions de la rencontre multipolaire.

Stratégie du Gouvernement pour mettre un terme à la grève, stratagème au regard de syndicaliste Aboubcar Soumah qui n’a pas souhaité morde à l’hameçon que lui a lancé le Gouvernement ; il décline l’invitation de l’inspecteur du travail à condition que cette invitation lui soit adressée de façon normale, autrement par lettre officielle, en tant que secrétaire général du SLECG.

Si pour certains, cette brèche de l’inspecteur du travail est une volonté du gouvernement à dénouer la crise, Aboubacar Soumah tire au clair, par une vidéo balancée sur faceebook, où il appelle la base à la continuation de la grève.

« Je vous informe qu’à nos jours, aucune négociation n’est entamée entre le gouvernement et le bureau éxecutif national du SLECG. Cela m’amène à vous dire une fois de plus de resserrer les rangs davantage pour ne pas que vous vous laissiez divertir par les intimidations, par les menaces qu’ils sont entrain de proférer, les autorités administratives à tous les niveaux ».

Alors que le Gouvernement est dans son égo surdimensionné, l’écartant ainsi comme porte-parole du SLECG, lui qui l’a pourtant assené une bonne raclée en paralysant le pays, ce n’est pas également à Aboubacar Soumah de se plier face à cette arrogance de certains membres du Gouvernement impliqués dans la soi-disant résolution de crise ; déterminé dans ses revendications dont : le levé de la suspension de son salaire, le paiement intégral des 40 pour cent des salaires des enseignants dès la fin de ce mois de février avec effet rétroactif et l’ouverture d’un couloir de négociation entre le gouvernement et le bureau exécutif national du SLECG, il appelle à la poursuite de la grève ce lundi 19 sur toute l’étendue du territoire, « je vous invite toujours à rester calmes et sereins et d’observer le mot d’ordre de grève ».

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Massacre du 28 septembre : La Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale, plaide à l’indemnisation des victimes

Il ya de cela neuf ans depuis qu’il a eu le massacre au stade du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *