Home / Faits divers / Société / Guinée : Excès de violence sur le journaliste Abdoul Latif Diallo !

Guinée : Excès de violence sur le journaliste Abdoul Latif Diallo !

Le domicile du journaliste Abdoul Latif Diallo est criblé de balles  par des hommes armés. La scène horrible s’est déroulé dans la nuit du mercredi 31 janvier au jeudi 01 février à 2 h 55 min quand la famille du journaliste a été réveillé par les tirs nourris sur le portail de sa concession par une bande potentiellement dangereuse qui voulait accéder à l’intérieur pour mettre fin à leur sale besogne : ôter la vie du journaliste et celle de sa famille.

Dans l’impuissance totale et le désespoir, Abdoul Latif et sa famille recroquevillés dans un  coin de la maison en invoquant le salut divin lorsqu’une balle transperçant la vitre, frôle le réfrigérateur avant de tomber sur la table à manger. Une dizaine de cartouches de balles était visible ce matin au domicile du journaliste à Lambanyi Kignifi.

Qu’a-t-il fait pour mériter cette attaque infamante ?

Puisque le journaliste continue ses révélations, il périra. Selon les menaces précédentes dont  a subi le journaliste de la part de personnes anonymes qui déploient leur volonté criminelle sur sa personne et les membres de sa famille entière.

Depuis peu, Latif s’est mis à révéler par le biais du site depecheguinee.com dont il est l’administrateur général. Dont entre autres, l’implication, selon Souka cité par lui dans son article, du général Ibrahima Baldé et du commandant Amadou Bangoura dans l’assassinat de Dame Aissatou Boiro, ex directrice au Trésor ou la libération à la maison centrale de Conakry de bandits de grands chemins.

Depuis lors, Latif vit le comble de violents menaces anonymes au quotidien jusqu’hier mercredi nuit quand les malfaiteurs ont décidé de mettre à exécution leur projet sordide.  Ou encore, passer à une autre forme de menace. « Tu te cois super héros de la presse, on va te montrer qu’on ne s’attaque pas à tout le monde. Tu es un homme mort Latif. On va massacrer ta famille… », entre autres, dans la capture des menaces anonymes dont copie est parvenue à notre rédaction ; des graves menaces sur la vie du journaliste et de sa famille ayant conduit sa rédaction à alerter afin de prévenir un éventuel crime.

Malheureusement, la protection rapprochée n’existe pas en Guinée. En dépit des tirs nourris assourdissant et réveillant tout le monde de son sommeil, il est à rappeler avec regret que le premier véhicule de police ne s’est pointé qu’au matin à 10 heures, et pour des fins d’enquêtes.

Nul journaliste en Guinée n’est donc à l’abri. Après le kinapping de Cherif Diallo, la tentative criminelle sur Moussa Moise Sylla, les violences sur les confrères de Gangan RTV, les coups et blessures et destructions de matériels des journalistes vers la fin d’année 2017 au PM3, c’est Latif qui se trouve dans la ligne de mire des criminels.

Montaigne disait : « On ne corrige pas celui que l’on pend (pendaison) mais on corrige les autres par lui ». Par leur acte ignoble, ces criminels ne chercheraient-ils pas à intimider la presse entière a fin d’empêcher de futurs révélations ?.

Journalistes de la Guinée, unissons-nous  et résistons à l’oppression!

 

Boubacar Barry Pour Lumiereguinee.com/ 655 759 688

 

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Guinée : Quand la revendication sociale fait route avec la frustration politique

       Encore deux jeunes tués à Conakry, lors des manifestations ! Suite à l’appel de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *