Home / Droit pour tous / Procès AOB et Fatou Badjar : « le tribunal rejette la demande de mise en liberté provisoire ».

Procès AOB et Fatou Badjar : « le tribunal rejette la demande de mise en liberté provisoire ».

Le procès dans l’affaire AOB, Fatou Badiar et Jéan Guilavogui, a été rouvert ce mardi 16 janvier 2018, au tribunal de première instance de Dixinn. Au centre des débats de cette deuxième audience, les parties ont, chacune formulé des demandes.

Maitre Lameh Kamano, avocat de la partie civile a demandé, de même que le procureur au président du tribunal de sursoir à statuer (arrêt de l’instance ndlr) pour des fins de rectification et d’interprétation claire de l’arrêt rendu par la cour suprême.

La défense elle, a demandé la mise en liberté provisoire de leurs clients. Maitre Salifou Béavogui raisonne, « la détention de nos clients n’était plus nécessaire après 7 ans de détention pour la manifestation de la vérité et madame Fatou Badiar était gravement malade elle souffre d’un diabète et d’une hypertension artérielle très poussée » a-t-il soutenu.

Le juge audiencier Mangadouba Sow a mis les demandes en délibéré et il a statué « le tribunal ordonne le sursis à statuer et rejette la demande de mise en liberté provisoire ».

Maitre Béavogui de la défense, furieux de la décision du juge, réagi, « aujourd’hui la décision du tribunal a été autre que de sursoir à statuer, à continuer les débats jusqu’à ce que une requête au fin d’interprétation et de rectification contre l’arrêt qui avait cassé et annulé l’arrêt d’assise soit examiné à la cours suprême, ce n’est pas du droit. L’ancienne loi sur la cours suprême a été abrogée par une nouvelle loi qui s’applique automatiquement qui ne prévoit pas d’interprétation ni de rectification mais qui parle plutôt de rectification d’erreur matérielle ou d’omission mais pas d’interprétation. En droit tous les termes ont leur signification et leur importance ». Explique l’avocat.

Dans cette affaire, pour l’heure les audiences restent suspendues jusqu’à ce que la cours suprême rende une décision sur la requête de la partie civile.

C’est à la suite de la cassation de l’arrêt de la cour d’assise par la cour suprême, que cette affaire a été renvoyée au Tribunal criminel de Dixinn pour être à nouveau jugé.

Pour rappel, AOB, FatouBadiar et Jean Guilavogui sont poursuivis dans le cadre de l’attaque du domicile du chef de l’Etat qui remonte le 19 juillet 2011.

MOB

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Détournement de 13 Milliards: Ibrahima Sory Condé de nouveau en fuite !

Condamné par contumace à 10 ans de prison ferme et au paiement d’une amande d’un ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *