Home / Actualités / Grève des enseignants : les sociétés de téléphonie risquent-elles la sanction ?

Grève des enseignants : les sociétés de téléphonie risquent-elles la sanction ?

Une sanction étant infligée à toute station-radio qui lui prêterait son micro pour véhiculer son message, le syndicaliste marginalisé par le sommet de l’Etat, Aboubacar Soumah trouve un autre moyen pour véhiculer son message : la téléphonie.

« Au-delà d’Aboubacar Soumah, la corporation enseignante est en danger, voire menacée à travers l’intervention du PRG sur la RTG. Alors tenons bon et unissons-nous comme un seul homme car nous sommes proches de notre victoire. Ensemble nous vaincrons », est le message qui circule à tout moment entre les citoyens via SMS de la téléphonie mobile.

Le samedi dernier, le chef de l’Etat Alpha Condé a interdit aux radios de diffuser les messages de Soumah sous peine d’être fermée illico prestissimo.

Après la fermeture suite au refus d’obtempérer des radios BTA fm et le groupe gangan, l’Union des radios et télés libres de Guinée, avait invité ses membres à une synergie des radios le mardi de 09 heures à 12 heures pour sensibiliser sur les enjeux de la liberté de la presse en Guinée puis à une journée sans presse qui prendra fin ce mercredi 29 novembre 2017 à 12 heures.

Alpha Condé semble reprendre la situation sous contrôle après deux semaines de violences. La grève, bien qu’elle ne soit pas levée par Soumah, prend une tournure apaisée. Après des violents affrontements entre élèves manifestants et forces de l’ordre qui ont couté la vie à deux adolescents, les cours reprennent calmement et le trafic reprend son cours normal.

Boubacar Barry / 655 759 688

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Mise en circulation de 25 bus sur la route Le Prince

Le ministère des transports a levé l’interdiction sur la circulation des bus sur la route ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *