Home / Actualités / Coup dur pour la presse guinéenne: Alpha condé méprise les journalistes et menace de fermer des radios

Coup dur pour la presse guinéenne: Alpha condé méprise les journalistes et menace de fermer des radios

Devant plus de 300 journalistes étrangers venus de 48 pays dans le monde à l’occasion de la 46 ème session de l’union de la presse francophone(UPF) à l’hôtel Noom à Conakry, Alpha Condé rabaisse la presse guinéenne et menace de fermer des radios.

Il déclare qu’ « aucune radio en Guinée n’est en règle » et que « les journalistes guinéens ne savent pas l’investigation ».

Alpha Condé accuse les radios d’aggraver la grève des enseignants déclenchée ‘’illégalement’’ le 13 novembre dernier ; une grève qui s’est soldée par la mort de deux adolescents.

Qualifiant les syndicalistes qui ont declenché la grève de rebelles, il interdit à la presse de diffuser leurs communiqués : « Si quelqu’un se rebelle contre la loi, quiconque diffuse ses idées est complice et sera poursuivi par la loi » et « Toute radio qui fera passer désormais les communiqués de Soumah ( le syndicaliste qui a déclenché la grève) sera considéré comme complice de la rébellion contre l’Etat et sera fermée »

Aux journalistes étrangers dans la salle, il demande : « je suis très content que vous vous engagez à aider vos frères guinéens pour le professionnalisme, la presse guinéenne n’est pas professionnelle », avant d’inviter les journalistes guinéens à prendre des modèles d’ailleurs comme Babakar, éminent journaliste d’investigation à en croire Alpha Condé

« Faut que les journalistes soient en règle parce que nous allons maintenant appliquer la loi. On ne peut se permettre d’insulter sur les radios le président… Ce que les journalistes font ici, y’a aucun pays africain où on peut le faire », s’indigne le président Condé

«Nous sommes prêts à accompagner la presse pour que la presse soit responsable. Il ne faut pas que les journalistes pensent qu’ils sont au dessus de la loi, qu’ils peuvent faire n’importe quoi. Y’a un journal qui dit Conté est mort, Sékou Touré est mort, Alpha aussi est parti .Au lieu de reconnaitre leurs fautes, ils veulent dire le contraire. Je dis si c’est comme ça désormais vous allez voir. Je vais fermer toutes les radios qui sont dans l’irrégularité. Reporters sans frontières, tout le monde peut parler, toutes les radios qui sont dans l’irrégularité je les fermerai, il faut d’abord qu’ils respectent la loi et qu’ils reconnaissent leurs fautes », a avertit le président en exercice de l’Union Africaine

Le front est alors constitué entre le président Alpha Condé et les journalistes.

Boubacar Barry / 655 759 688

 

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Kim Jong-Un : «Il y a toujours un bouton nucléaire sur mon bureau»

À l’occasion de ses vœux du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen a affirmé que son ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *