Home / Actualités / Culpabilisation des enseignants grévistes et intimidations des journalistes : En attendant un lundi incertain ?

Culpabilisation des enseignants grévistes et intimidations des journalistes : En attendant un lundi incertain ?

Une peur générale que vivent les citoyens guinéens depuis l’intransigeance totale du président Alpha Condé face la grève déclenchée le 13 novembre dernier par une frange du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) dirigé par Aboucar Soumah, secrétaire général adjoint du syndicat.

A peine rentré ce weekend de Paris où il suivait l’actualité sombre de son pays, Alpha Condé s’attaque aux syndicalistes et aux journalistes. Aux uns qu’il qualifie de ‘’rebelles-dissidents’’ et aux autres de profanes ‘’complices de la rébellion contre l’Etat’’ en sommant chacun de se conformer à la loi sous peines de sanctions sévères ; surprise générale puisque chacun s’attendait à une négociation pour une issue de crise avec le syndicat déclencheur de la grève.

« Pendant tout ce temps, les élèves sont à la maison voilà deux semaines, deux jeunes jeunes adolescents sont froidement abattus par balles et aucune issue de crise ne pointe à l’horizon. », le peuple s’inquiète et dogmatise pour se trouver sous la protection divine. Ici-bas, sous le ciel guinéen rien ne rassure et tout peut arriver à tout moment.

Dans plusieurs endroits publics de Conakry, on craint pour demain lundi 27 novembre annoncé par Alpha Condé pour la reprise des classes alors que les enseignants grévistes, malgré toute menace affirment que « la grève reste maintenue ».

Boubacar Barry/ 655 759 688

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Kim Jong-Un : «Il y a toujours un bouton nucléaire sur mon bureau»

À l’occasion de ses vœux du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen a affirmé que son ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *