Home / Actualités / Le président de l’UMP: «Alpha Condé n’a fait rêver les guinéens que jusqu’au jour de son investiture»

Le président de l’UMP: «Alpha Condé n’a fait rêver les guinéens que jusqu’au jour de son investiture»

Dans une interview accordée à lumiereguinee.com, le président de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) a bien voulu répondre à plusieurs questions d’actualité nationale. De la crise politique en passant par les velléités d’un troisième mandat en faveur du professeur Alpha Condé, Boubacar Siddighy Diallo s’exprime à cœur ouvert.

lumiereguinee.com : Bonjour M. Diallo

Boubacar Siddighy Diallo : Bonjour Espacefmguinee.info

Actualité oblige, l’opposition républicaine a organisé une marche pacifique le 2 août dernier.  Quelle analyse faites-vous ?

D’abord, Je ressens un sentiment de satisfaction de tous les côtés, car pour une fois, l’opposition a pu tenir une manifestation avec une mobilisation jamais vue dans toutes les conditions de sécurité. C’est une victoire pour l’opposition et une réussite pour les forces de l’ordre qui ont bien encadré la marche. C’est une avancée significative pour notre jeune démocratie. Je pense que les leaders ont fait passer le message qu’ils voulaient faire passer. Le seul  élément à déplorer, c’est la mort d’un jeune de suite d’un accident. Cela peut malheureusement arriver à tout moment même sans manifestation.

On sait que vous étiez des NFD avant de claquer la porte puis former l’UMP. A L’ l’élection présidentielle de 2015, votre parti était l’un des alliés de l’UFR. Comment se porte aujourd’hui votre parti, son mariage avec le parti de Sidya Touré actuel haut représentant du chef de l’Etat et quel est votre positionnement sur l’échiquier politique guinéen ?

Aujourd’hui, l’UMP se porte très bien ! Nous sommes un jeune parti de cadres et notre ambition n’est pas de grandir sans rien apporter à la nation. Ce n’est pas la masse qui nous importe mais la qualité de notre travail contrairement à bien de partis politique en Guinée. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre la formation au service des citoyens. Pour nous, la formation est le levier de tout développement. Actuellement, nous avons plus de 40 jeunes du parti inscrits dans des universités italiennes. L’exemple de la Chine qui a envoyé ses enfants étudier ailleurs pour revenir servir la nation est éloquent.

En ce qui concerner l’alliance avec l’Union des Forces républicaines, elle est rompue. Parce que notre allié n’a pas respecté notre accord qui stipulait que nos deux partis devaient travailler ensemble non seulement aux élections présidentielles mais aussi communales et les législatives prochaines. L’UMP a rempli sa part du contrat en accompagnant le candidat Sidya à l’élection présidentielle de 2015. Depuis, l’UFR ne nous  a rien dit deux ans après l’élection. Nous avons échangé avec Sidya Touré qui nous a fait des promesses. Mais à notre fort étonnement, c’est un haut cadre du bureau politique national du parti qui dit dans un media que toutes les alliances sont rompues sans que le parti ne réagisse.

Notre parti est dans l’opposition, pas républicaine d’abord. En ce moment, nous étudions des possibilités de rapprochement avec l’UFDG. Nous avons eu un contact avec le président de l’UFDG à propos. Nous estimons qu’il est utile de se joindre à la plus grande formation politique du pays pour renforcer les efforts de l’opposition pour être un véritable rempart pour l’alternance. Parce qu’il y a des velléités de troisième mandat et de gouvernance à vie.

Pourquoi aller chez Cellou alors qu’il a perdu les deux dernières élections présidentielles ?

Pour dire vrai, les élections ont toujours été trafiquées dans ce pays. Le fait de les gagner ou de les perdre ne détermine pas la valeur et le suffrage du candidat. On a vécu les exemples de 1993, 1998 ou tout récemment de 2010 et autres. Ça veut dire qu’il y a une machine réglée pour sortir un résultat à la volonté d’un lobby qui le manipule. Notre confiance au leader Cellou Dalein, vient de sa capacité de réunir, de sa volonté de faire ce qu’il promet de faire.

En 2010, on a soutenu le candidat Alpha Condé parce que son ambition pour la Guinée était une ambition louable. C’est pourquoi je dis, le président Alpha Condé a trahi l’opposant Alpha Condé. Parce que le candidat Alpha Condé s’est battu pendant 40 ans avec une conviction, une énergie et une détermination qui faisait de lui un panafricain. Il a su convaincre les gens que la seule voie de développement était la voie du rassemblement. Malheureusement, il n’a fait rêver les guinéens que jusqu’au jour de son investiture.

Mais Monsieur Diallo, le président n’a jamais dit qu’il va briguer un troisième mandat. Pourquoi voulez-vous vous opposer alors qu’il n’a pas donné  sa position ?

Il n’a pas dit qu’il veut un troisième mais il n’a pas non plus dit qu’il ne veut pas. Donc, il laisse entretenir un doute alors qu’en politique, le doute, c’est la prémisse d’une volonté inavouée.

La Constitution élaborée par le CNT d’alors dont vous faites partie n’a pas été adoptée par referendum, cela ne donne pas raison à ceux qui pensent qu’elle doit être modifiée?

A mon avis non parce que le CNT (Conseil National de la Transition) était une assemblée constituante originelle, c’est en quelque sorte le début du commencement. La question est de savoir si le contenu de la constitution reflète ou non les réalités que vivent les guinéens, que veulent les guinéens, défendent les guinéens…

Votre dernier mot ?

Je voudrais inviter l’Etat à régler la crise qui secoue la CENI. Parce que si elle perdure, ça risque de donner un coup dur à notre jeune démocratie.

lumiereguinee.com: Merci Monsieur Diallo

Boubacar Siddighy Diallo : C’est moi qui vous remercie

 

Interview réalisée par Amadou Barry et Bhoye Bah

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Passation de service sombre à l’INIDH.

Le nouveau président de l’Institution nationale des droits humains(INIDH), a pris fonction ce mercredi 18 ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *