Home / Actualités / « Le combat ne fait que commencer», 48 heures après sa libération, Elie Kamano ne lâche pas

« Le combat ne fait que commencer», 48 heures après sa libération, Elie Kamano ne lâche pas

IMG_20170720_163723

L’arrestation ne semble pas fléchir le chanteur Elie Kamano. Ce jeudi 20 juillet 2017 aux environs de 16 heures, le reggae man guinéen en compagnie des leaders du mouvement ‘’le peuple n’en veut plus, a organisé à son domicile de Simbaya Gare, une conférence de presse pour rassurer à l’opinion que le combat pour la démocratie continuera.

A l’entame de son discours, Elie Kamano a d’abord adressé ses remerciements à toutes les personnes investies avec lui dans le combat pour l’édification d’un Etat démocratique, à la presse nationale et internationale et aux activistes adeptes de la démocratie, qui à travers leurs diffusions et actions citoyennes ont permis à faire savoir à l’opinion nationale et internationale l’objectif du mouvement ‘’le peuple n’en veut plus’’.

Elie et ses éléments ne sont pas des politiciens et ne sont pas soutenus par ceux-ci comme le pensent certaines personnes, a déclaré Elie Kamano. Avant de poursuivre que la plateforme ‘’le peuple n’en veut plus’’ est une fédération de la volonté commune ; en termes simples, plusieurs mouvements poursuivant le même objectif qui se sont retrouvés dans cette organisation pour dénoncer dans une action commune les tares dans la gestion de la chose publique et les promoteurs d’un 3ème mandat.

Et dans ce combat, aucun subterfuge politique ne semble les retenir. L’artiste a révélé au cours de cette conférence de presse, l’attitude vaine du ministre conseiller personnel du président Alpha Condé, Tibou Camara qui était chez lui la veille de la marche du lundi jusqu’à tard dans la nuit pour l’amener à sursoir ou à reporter la marche.

S’exprimant sur son arrestation le lundi dernier, l’artiste reggae, s’exprime :

«  Ça été une surprise pour moi de trouver à notre point de ralliement des gendarmes, des policiers et des contremanifestants. Les gendarmes m’ont arrêtés ainsi que trois autres ».

Face à un procureur d’une extrême sévérité voulant sanctionner quelles soient les circonstances en le qualifiant de récidiviste ne pouvant plus bénéficier de libération conditionnelle et en le plaçant sous mandat de dépôt, Maitre Salifou Béavogui , lui, l’a défendu sans la moindre contrepartie financière. Elie l’en a remercié en le baptisant ‘’l’avocat des faibles’’.

Avant de passer le micro à ses compagnons de lutte, l’artiste a laisser entendre que cette arrestation ne le ralentira pas.

« Le combat ne fait que commencer. On va changer de stratégie pour continuer. Nous voulons que la Guinée qui se trouve dans un coma profond se réveille », a-t-il déclaré.

BARRY Boubacar/655 759 688/contact.lumiereguinee@gmail.com

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Gassama Diaby questionne la JUSTICE du pays : « Où sont les auteurs de ces crimes… »

Le ministre de la citoyenneté et de l’unité nationale a dénoncé ce vendredi 21 septembre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *