Home / Actualités / L’implication du ministre Boubacar Barry (Big Up) et autres dans le massacre du 28 septembre 2009.

L’implication du ministre Boubacar Barry (Big Up) et autres dans le massacre du 28 septembre 2009.

Le dossier du 28 septembre 2009 semble avancer. Aux lendemains de l’extradition du commandant Aboubacar Siddiki Diakité, alias Toumba, ex-aide de camp du président Moussa Dadis Camara, le numéro 2 de la junte militaire au Pouvoir à l’époque, révèle l’implication de certaines personnalités au carnage du 28 septembre 2009 et des jours suivants.

Le général Sekouba Konaté, ministre d’alors de la Défense nationale, révèle les noms de Kerfala Camara( KPC), de l’actuel ministre de l’industrie Boubacar Barry, du secrétaire exécutif de l’UFR Baidy Aribot, du ministre de la jeunesse et des sports Fodeba Isto Keira ,… tous proches du capitaine, le principal présumé coupable avec la même responsabilité pénale individuelle que son ex-aide de camp Toumba Diakité et de son ministre chargé de la lutte anti drogue et du crime organisé Moussa Thiégboro Camara, ces trois derniers classés au premier rang de responsabilité pénale par le rapport de la CPl.

Pour le cas de Fodéba Isto keira, ministre de la jeunesse et des sports, son implication avait été déjà établie par le rapport de la CPI. Ce rapport Onusien de 60 pages sur les massacres du 28 septembre 2009 à Conakry , remis le 16 décembre au conseil de sécurité par le secrétaire général de l’ONU , BanKi-moon. Isto Keira est cité par le rapport pour son rôle dans la dissimulation de preuves ; il aurait en effet procédé au nettoyage complet de toute preuve dans le stade pouvant certifier le crime au tant dans le lynchage médiatique qu’il avait connu.

Le général qui fait ses accablantes révélations ou dénonciations est aussi cité par les enquêteurs pour son rôle fut-il mineur dans cette sauvagerie qui a laissé un lourd tribut à la nation.

On pouvait s’interroger sur les rôles de Boubacar Barry, de Baidy Arybot et de Kerfala Camara pour leur participation à ce massacre puis que celui qui le dit est également cité comme présumé ?

Le ministre de la justice, Garde des Sceaux réaffirme la tenue du procès des événements du 28 septembre avant la fin de l’année 2017. Ce dossier étant en phase d’instruction, le général révèle ce qui devrait être fait en audience publique. Violation du secret de l’instruction judicaire ou transfiguration du procès en un foutoir ?

Evident, le général, pour une soit disant question de justice véritable n’admet pas la compétence de la justice guinéenne et il souhaite que le procès soit tenu à la CPI. Ce qui implique qu’il n’est pas prêt à être entendu par une justice dont-il nie la compétence.

Le deputé de l’UFR, Baidy Arybo quant à lui, s’interroge sur l’état psychologique du général Konaté en faveur  de qui il n’exclut pas de demander l’aide du president Alpha Condé.

 

 

Par lumiereguinee.com / 655 759 688 / contact.lumiereguinee@gmail.com

 

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Politique: Cellou Dalein et Alliés suspendent les manifestations

Au cours d’une plénière qui s’est tenue ce mercredi 16 mai 2018 au QG (quartier ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *