7ème jour du dialogue politique inter guinéen : Un espoir déçu sur la question des élections

Comme d’habitude, le dialogue politique guinéen s’est poursuivi  ce vendredi 30 septembre 2016  au palais du  peuple, avec l’espoir de trouver un consensus autour des élections locales et communales. Mais fort malheureusement, ce consensus  serra pour un autre jour.

img_20160922_145206L’opposition tient à ce que les élections  locales et communales soit couplées et que la date soit reportée par rapport au chronogramme de la CENI qui les prévoient  pour le 18 décembre. La mouvance présidentielle  quant à elle soutient la décision de la CENI.

« Nous avions promis de réfléchir, la nuit portant conseil comme nous  disait l’autre. Nous avions espéré que ce matin les positions allaient bouger et qu’on allait donc parvenir à un accord sur cette question.» a dit  le porte-parole de l’opposition républicaine (Aboubacar SYLLA), mais malheureusement chacun des protagonistes campe sur sa position.

Pour Amadou Damaro CAMARA de la mouvance présidentielle, même les pays les plus avancés n’ont pas d’élections dans les quartiers ; « Nous allons organiser des élections communales et en février comme ils ont proposé, nous allons travailler sur les dispositions légales, sur notre code  électoral pour rendre plus léger le processus électorale dans les quartiers parce qu’aucun pays dans  la sous-région n’organise comme on veut organiser les élections dans les quartiers »  a-t-il dit. Il précise ensuite que les  élections dans les quartiers et les districts sont des élections purement citoyennes et que  les partis politiques  ne sont pas parties prenantes.

Autre point de discorde, c’est la question de la CENI. L’Opposition veut que le libellé  des accords du 20 aout 2015 soit strictement respecté (à savoir  que la loi 016 portant composition organisation et fonctionnement de  la CENI soit révisé évidemment par l’Assemblée Nationale  qui en a les compétences ; tandis que la mouvance estime que la CENI doit rester comme telle jusqu’à l’épuisement de son mandat. Sur ces deux points de discorde les prenantes poursuivront le dialogue mardi prochain.

Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation Bouréma CONDE souhaite faire en sorte qu’aucun camp ne sorte de ce débat le soir en disant « j’ai gagné ou l’autre a perdu », mais qu’on se mette à l’idée qu’il y’a toujours le peuple de Guinée  qui gagne quelque chose dans ce dialogue.

 

Mamadou Kossa SOW

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Cellou Dalein soutient Kèlèfa Sall: « sa position contre un troisième mandat est affirmée et assumée »

La tempête qui secoue la cour constitutionnelle était au cœur de la rencontre des leaders ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *