Home / Politique / Elections locales : le comité plaidoyer des femmes/filles exige la représentation d’au moins 30% des femmes sur les listes de candidatures en vertu du code électoral

Elections locales : le comité plaidoyer des femmes/filles exige la représentation d’au moins 30% des femmes sur les listes de candidatures en vertu du code électoral

Dans le cadre de l’organisation des élections locales en Guinée, le  comité de plaidoyer des femmes/filles a fait une déclaration portant sur la participation des filles et femmes sur les listes de candidatures, ce mardi 30 août 2016 à la maison de la presse.

à la maison de la presse
à la maison de la presse

Vue la faible représentation des femmes au niveau des  institutions républicaines avec 23% (ministère, Assemblée nationale, mairies, etc.), le comité de plaidoyer a jugé nécessaire de faire une déclaration auprès des décideurs à tous les niveaux pour la nomination des femmes pendant  les élections communales et communautaires.

En ce qui concerne la représentation des femmes sur les listes de candidatures, le comité exige au moins 30% de représentation des femmes en vertu du  code électoral guinéen.

Convaincu qu’une plus large participation des femmes peut contribuer  la cohésion social et au bien-être des Guinéennes et Guinéens, le comité encourage toutes les femmes candidates à veiller sur leur bon positionnement sur les listes, invite celles des autres secteurs à soutenir les candidates féminines et exigent la mise en application des engagements nationaux, régionaux et internationaux relatif au droit des femmes auxquels la Guinée a souscrit.

«Nous nous attendons à un changement positif, on a fait beaucoup de plaidoyer mais jusqu’à présent c’est au bas de l’échelle. Nous avons fait un atelier organisé par le NDI avec l’aide financier du PNUD et USAID  dans le but de motivé les femmes pour qu’elles prennent en compte leur responsabilité, que ce soit au niveau des parties politiques des départements ou organisation de la société civile qu’ils prennent en compte les occupations des femmes en tant que des maires, des gouverneurs etc», dixit Hadja Fatoumata Yebhè BAH de la Coalition National de Guinée pour les Droits et la Citoyenneté des Femmes (CONAG-DCF).

Plus loin, madame BAH dénonce : « C’est un scandale démocratique qui ne doit et ne peut plus continuer. Par principe et pour des raisons d’efficience, la participation des femmes aux instances de gestion et de direction de la vie publique s’impose ».

 

Kadiatou BAH

About LUMIEREGUINEE

Check Also

Kassory Fofana « espère travailler main dans la main » avec Cellou Dalein

Après avoir rencontré Sidya Touré la semaine dernière, le nouveau premier ministre s’est rendu ce ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *