Home / Politique / Guinée-Elections locales : les commissaires de la CENI en formation de planification et de communication électorale

Guinée-Elections locales : les commissaires de la CENI en formation de planification et de communication électorale

Ag

Conakry, 23 août (AGP)- Les 25 commissaires de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la République de Guinée et des conseillers du bureau de l’institution sont en atelier de planification et de communication électorale depuis mardi, 23 août 2016, à Conakry, rapporte l’AGP.

C’est un atelier cofinancé par la CENI et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dans le but d’amorcer un élan de communication stratégique visant à éviter toute confusion liée à l’organisation en matière de communication.

Selon le directeur du département Communication de la CENI, Maxime Koïvoigui, «c’est en prélude à l’organisation des prochaines élections locales en Guinée que la CENI a entrepris des opérations qui visent au renforcement des capacités des parties prenantes au processus électoral».

Ces efforts, dit-il, sont parties intégrantes des recommandations formulées par la mission de l’OIF, suite à la présidentielle de 2015 et des initiatives de la CENI, elle-même.

Pour ce faire, a déclaré le commissaire Koïvogui, plusieurs formations ont été déjà données pendant l’année 2016, aux partis politiques (Mouvance et Opposition), aux médias pour les journalistes de Rédaction et d’Investigation politique, à la Société civile et aux députés ou parlementaires de l’Assemblée Nationale de Guinée.

Le professionnalisme recherché par la CENI, est l’élargissement de la base de connaissances du processus électoral chez tous les acteurs publics et politiques. Chose qui est aujourd’hui en phase de se concrétiser par les formations dispensées à chaque groupe d’acteurs du processus électoral.

Le directeur du département Communication de la CENI a annoncé, que «désormais, une des étapes cruciales du processus de renforcement des capacités entamée par la CENI, est la formation de 40 journalistes en Communication électorale et de 25 commissaires en Planification des Opérations électorales et en Communication électorale».

Pour M. Cyrille Zogo Ondo de la Direction des Affaires Politiques et Gouvernance Démocratique de l’OIF, «ces deux ateliers suscitent deux intérêts majeurs. Premièrement, ils se situent dans le prolongement d’une importante réflexion sur l’organisation des élections en Afrique. Et deuxièmement, c’est la preuve que les autorités guinéennes n’invitent pas les missions internationales pour un simple besoin d’affichage en période électorale. Il s’agit de capitaliser les analyses et les expériences positives, d’ailleurs à l’effet d’améliorer et renforcer le système électoral national, que l’OIF soutient fermement».

Dans son discours d’ouverture de l’atelier, le président de la CENI, Bakary Fofana, a tout d’abord remercié l’OIF pour sa disponibilité à accompagner la CENI dans l’organisation de cet atelier.

Il a ensuite souligné, que «la question de la communication a été toujours importante. Mais, il y a plus d’une vingtaine d’années, avec l’explosion des nouvelles technologies de l’information, le champ de la communication, les responsabilités dans le domaine de la communication, les acteurs de communication, les procédures de communication et les institutions de communication, se sont multipliés. L’on se demande aujourd’hui qui écoute qui ? Et quelle information ou quel message faut-il passer ? Quelle information dont on a besoin pour travailler, vivre et être en contact avec notre environnement ? La question de celui qui communique, si elle est centrale, elle s’adresse à qui et quand ?».

M. Fofana a indiqué, que «c’est face à ces interrogations, que la CENI a jugé utile d’organiser cette formation des commissaires, ensuite des journalistes dans les jours qui suivent».

Mais pourquoi les commissaires, s’est-il interrogé. «La CENI, en tant qu’institution républicaine qui travaille sur un objectif extrêmement sensible pour la construction de la stabilité politique et la consolidation du processus démocratique, il va de soi que la question de la communication est une question de survie pour la CENI. D’où cette formation en faveur des commissaires qui la composent», a-t-il expliqué

AGP/23/08/016 CM/KS/ST

About LUMIEREGUINEE

Check Also

GPT : Kassory « trahit » et son vice-président mécontent, démissionne !

Ibrahima Kassory Fofana, président de GPT (Guinée Pour Tous) et ministre d’Etat chargé des investissements publics ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *